consultant Seo

Auvairniton Bourgrire : un point sur le concours SEO 2014

Logo Breizh Power

Rappelez-vous, fin 2013, le forum RankSEO lançait son premier concours SEO : Dromardennes. Concours auquel j’avais eu plaisir à participer et pour lequel j’avais livré une grande partie de ma stratégie dans cet article. Une expérience enrichissante pour tous les participants et une rampe de lancement parfaite pour le concours SEO 2014. En ce qui me concerne, je n’avais pas vraiment le choix, je devais remettre mon titre en jeu ! Cette année, la tâche s’est avérée particulièrement ardue. D’une part, Bruno, l’arbitre, avait d’ores et déjà annoncé quelques semaines à l’avance, que le mot-clé serait en réalité composé de plusieurs mots (difficile donc de prévoir du contenu à l’avance … même si finalement certains ont relevé le défi haut la main) et d’autre part, la période du concours collait assez mal avec mon planning (je partais 10 jours en vacances deux jours après le lancement du concours). Mais qu’à cela ne tienne !

Ce que j’avais prévu de faire

Les concours sont faits pour tester, bien plus que pour savoir qui a la plus grosse. Autrement dit, hors de question pour moi de répéter la stratégie (pourtant payante) mise en place lors du précédent concours, à savoir un vrai concept avec du contenu préparé à l’avance et un produit « buzzable ». Cette année, je voulais tester un maximum de choses et surtout en profiter pour monter en compétences dans des domaines que je maîtrisais mal voire pas du tout.

Le concours Auvairniton Bourgrire devait donc me permettre de me former sur :

  1. le content spinning
  2. le cloaking
  3. un logiciel d’automatisation de création de backlinks (type Xrumer, Senuke, mais en l’occurrence j’en avais choisi un autre)

J’avais également pressenti que nous serions plus de participants que lors de l’édition précédente, que la portée du concours serait naturellement plus grande et que par conséquent les actions menées seraient trackées, analysées …. puis copiées. Il fallait donc absolument :

  1. brouiller les pistes pour éviter de subir dès le départ une campagne de NSEO
  2. masquer certains liens pour éviter de griller des plans

Voici donc résumé en quelques points ce que j’avais prévu :

  1. acheter un EMD : auvairniton-bourgrire.fr
  2. y placer une page html optimisée et cloker le contenu
  3. créer des liens en bourrinant un peu sur les ancres
  4. cloaker les liens dans la mesure du possible
  5. faire ranker ce site du mieux possible, puis faire une 301 quelques semaines avant la fin vers mon domaine principal
  6. sur mon domaine principal (breizhpower.fr), monter puis cloaker le WordPress complet
  7. placer un article optimisé en Home Page
  8. créer du contenu spinné pour le blog avec trois articles par jour
  9. bloquer l’indexation du site le plus longtemps possible et miser sur l’effet « prime de fraîcheur » quelques jours avant la fin du concours
  10. créer une linkwheel avec des liens sur lesquels j’avais la main (blog, CPs, etc.)
  11. acheter deux domaines expirés sur la même thématique (Bretagne en l’occurrence) et y placer un peu de contenu
  12. créer des liens vers ces domaines expirés via un logiciel automatisation de création de backlinks

Ce qui s’est réellement passé

Eh bien finalement, tout s’est quasiment passé comme prévu. J’ai réussi à me cacher pendant près de 6 semaines. Seuls quelques amis qui ont accepté de soutenir Breizh Power avaient connaissance de mon domaine pour le concours. Un point positif puisque j’ai finalement été le seul à ne pas me faire pomper mon contenu. J’ai réussi à cloaker mes sites de sorte que personne n’ait la moindre idée de ce qui se cachait derrière et fin juin, le site comptait plus de 160 pages indexées, dont 159 pages spinnées.

Comme prévu, courant juin, j’ai redirigé mon EMD (qui rankait 10e) vers mon domaine principal sur lequel j’ai fini par lever le noindex.

Pourquoi ça n’a pas marché

Si tout s’est passé comme prévu et que je n’ai ni gagné, ni même réussi à me positionner en première page, c’est que la stratégie de départ était bancale. Effectivement, en relisant les 12 points de mon plan de route et en regardant au fur et à mesure ce que faisaient les copains, je me suis vite rendu compte d’une lacune. J’avais zappé les backlinks (ou presque). J’avais bien prévu de créer des liens en automatique vers mes domaines expirés, mais pas réellement vers mon domaine principal, mis à part une petite linkwheel créée avec une poignée de sites.

Lors du dernier concours, j’avais misé sur le marketing !

J’avais un vrai concept, un produit intéressant (fictif certes, mais qui existait en ligne), un site web avec du contenu, des personnages et une histoire. Autrement dit, de quoi aller vanter tout ça sur des annuaires, des blogs, les réseaux sociaux, etc etc. Cette année, tous mes domaines affichaient pour seul et unique contenu le logo Breizh Power sur fond blanc. Impossible donc d’aller créer des liens qualitatifs ou même simplement des liens dans des annuaires.

Et surtout, j’ai passé tellement de temps à appréhender le logiciel que j’avais sélectionné pour l’automatisation, à apprendre les rouages du content spinning et à me casser les dents sur la manière de cloaker un WordPress, que j’en ai oublié de bosser sur mon site. Bilan, là où mes concurrents affichent entre 200 et 300 referers selon Majestic SEO, je me traîne avec 35 domaines référents pour Breizh Power. OK, si l’on prend en compte les 301 + les liens que j’ai réussi à masquer, on arrive peut-être à 60 ou 70, mais c’est bien en dessous de qu’il aurait fallu.

A savoir : j’ai également profité de ce concours pour me pencher sur l’analyse de logs. J’ai donc installé la fameuse Watussi Box de Jean-Benoît en version gratuite et cela m’a permis de détecter que mon site, hébergé chez Euro WH, était régulièrement indisponible pour les moteurs. Autrement dit, tout le monde y avait accès, mais Google ne pouvait pas le crawler, et ce durant plusieurs jours. J’ai dû perdre du temps pour effectuer des tests pour vérifier d’où venait le problème, et ces tests ont confirmé qu’un même site hébergé chez Planethoster ou O2 Switch était bien crawlé par Google. Réponse du support technique : c’est un souci chez Google, il faut patienter … à chacun d’en tirer ses propres conclusions.

Google Webmaster Tools

Aperçu du module Explorer comme Google dans Google Webmaster Tools. Message d’erreur : URL momentanément inaccessible (erreur 503).

Conclusion

Gagner le concours 2013 et finir 10e du concours 2014, c’est forcément très décevant (pour ceux qui voudraient avoir un aperçu de l’évolution des positions au fur et à mesure du concours, c’est par ici. Désolé pour la mise en page, c’est sommaire mais je n’ai pas pris le temps de chercher un meilleur outil de data vizualisation). Mais j’essaie de voir le bon côté des choses. Je maîtrise désormais de nouvelles techniques. J’ai constaté que tout ce que j’avais mis en place au niveau de la création automatisée de liens n’avait rien donné. Et surtout, cela m’a rappelé deux choses :

  • ce qui paie avant toute chose, c’est le travail et l’assiduité
  • l’essence même du moteur de Google, ce sont les liens. Et pour obtenir des liens, mieux vaut avoir un contenu intéressant, qui plus est un contenu tout court.

Pour aller plus loin, je vous recommande le compte-rendu de Jimmy, qui a remporté le concours haut la main et qui confirme parfaitement les deux points ci-dessus et également le résumé de Yann, que je félicite officiellement pour son beau parcours.

PS : un grand merci à tous ceux qui m’ont donné un coup de main pour le concours (ils se reconnaîtront). A charge de revanche 😉

Tags:

About

Après plusieurs expériences en tant que responsable e-commerce et webmarketing, puis SEO in-house, j’ai décidé de me lancer en tant que Consultant SEO freelance, je suis passionné par l’univers du search et le webmarketing en général.

View all posts by

5 Responses

  1. Cédric says

    @Victor, ce sera un plaisir de te donner quelques tuyaux sur Skype dès ton retour. Je te dois bien ça 😉

  2. Victor Lerat says

    A mon retour faut qu’on cause Cédric 🙂

    Je suis curieux de savoir comment tu t’y prend pour le cloaking, c’est un domaine ou je suis vraiment plus noob que noob et j’aimerai bien faire quelques tests.

    Sinon, super résumé, tu as pu tester plein de truc. Enrichissant comme expérience 😉

    Bravo !

  3. Cyd says

    @Jimmy, c’est sympa, je pense réellement que ma méthode était « fun » du fait de travailler en sous-marin, en revanche, je doute qu’elle aurait payé dans le temps. Preuve en est, je n’ai touché à rien ou presque depuis la fin du concours et le domaine vivote entre la 12e et la 14e place.

    @Bruno, effectivement je pourrais envisager de poster quelques articles pour étayer, mais en général, je préfère écrire sur des sujets que je maîtrise bien. Pour ce qui est du cloaking, du spinning, de l’analyse de logs ou de l’automatisation, je suis encore un noob. Donc un jour peut-être … mais pas dans l’immédiat. Cela dit, si certains souhaitent quelques tuyaux, aucun souci 😉

  4. Bruno says

    Salut Cédric,

    Voici un compte-rendu intéressant, car riche en enseignements.
    Je te rejoins lorsque tu affirmes que les concours doivent être faits pour explorer de nouvelles pistes et faire des tests grandeur nature.
    Il serait peut-être intéressant que tu développes quelques unes des techniques que tu as testées dans des articles dédiés, comme par exemple « comment cloaker un WordPress », qu’en penses-tu?
    Pour en revenir au concours en lui-même, j’ai également trouvé que Jimmy et Yann avaient tous deux fourni un travail digne de ce nom et je suis même admiratif envers notre admin préféré, pourtant pas réputé au niveau rédactionnel, amis qui a fait de réels efforts.

    Amicalement,

    Bruno

  5. Jimcail says

    Bonjour Cédric,

    Nous en avions parlé sur Skype juste à la fin du concours, je pense que ta stratégie aurait payé pour Dromardennes qui comptait un mois supplémentaire pour la compétition.

    J’avais aussi repéré quelques tests que tu avais réalisés (rappelle-toi mes petites phrases sur Skype ou le petit sous-entendu sur Rankseo).

    On a tous nos propres motivations quand on participe à un concours SEO, l’important c’est de faire quelque chose pour améliorer nos connaissances pour le référencement, après ça, le classement n’est que secondaire 😉

    Merci encore pour ta participation et ton résumé détaillé.
    Amicalement
    Jimmy